lundi 20 avril 2020

Chroniques sur "Le Magicien sur la passerelle", de Wu Ming-yi

On profite du confinement pour aller chercher de "vieilles" chroniques

Wu Ming-yi, Le Magicien sur la passerelle
parution en 2017 (L'Asiathèque, "Taiwan Fiction")
traduit par votre serviteur



"L’ensemble des récits que propose Le Magicien sur la passerelle fait apparaître illusions, magie, mystères. La raison est mise à mal. Le lion du temple prend-il bien vie ? Un zèbre s’est-il bien échappé des toilettes ? Et ce garçon qui a disparu soudainement et est réapparu avec le même mystère, était-il bien dans ce 99e étage imaginaire ? On oscille ainsi entre rêve et réalité, au gré d’une logique qui échappe aux carcans de la raison pour laisser libre cours à l’imagination, aux troubles des passions, et ouvrir la porte à l’irrationnel, à la poésie aussi." Bulles de culture Chronique complète

"Le réalisme magique à la sauce taiwanaise ! Wu Ming-yi nous plonge dans un univers envoûtant avec "Le magicien sur la passerelle". Les portraits que l'auteur nous brosse sont très vivants, le tout saupoudré d'une touche de réalisme magique. Les personnages habitant le marché sont d'origine très variée (des Taiwanais, des aborigènes ou des gens ayant quitté le continent par exemple) à l'image de la diversité de la société taiwanaise." Librairie Le Phénix Chronique complète

"Au-delà d’une évidente nostalgie, on y lit une invitation à poursuivre la rêverie, à accepter l’étrange, à réenchanter nos vies. L’auteur s’adresse à tous les lecteurs de sa génération et leur pose à leur tour cette question : « Te souviens-tu du magicien ? »" Lettres de Taïwan Chronique complète

"Suivre les personnages au fil des nouvelles fut une expérience assez troublante, car je me suis beaucoup perdue entre eux. Encore maintenant, je ne saurai vraiment dire lequel d'entre eux fut l'instigateur de cette aventure, mais j'ai beaucoup aimé cela puisque le rendu en est d'autant plus énigmatique." Le toucher des pages Chronique complète


"C'est beau, c'est simple, fluide, et l'on a presque la sensation d'être dans un roman à diverses entrées. C'est un livre à l'écriture moderne et agréable qui bénéficie d'une très belle traduction qui rend cette lecture particulièrement plaisante." Lyvres Chronique complète
 

"Si la construction en forme de nouvelles, le fantastique mêlé aux souvenirs, les changements de narrateur ne donnent pas toujours une impression d’unité et de fluidité, la postface, signée de l’excellent traducteur, Gwennaël Gaffric, très éclairante permet de bien comprendre la finalité de l’auteur." Sur la route de Jostein Chronique complète
"De celui qui joue avec les dés ou avec les mots, quel est le plus grand enchanteur ? En quelques phrases, Wu Ming-yi nous immerge dans la société taïwainaise, au cœur de la capitale, là où se situe le grand marché de Chunghua. Au milieu du va-et-vient permanent des piétons, les souvenirs du narrateur ressurgissent, entre rêve et réalité." Revues deux mondes Chronique complète


"[…] une clef découpée dans du papier capable de sauver une enfant menacée par un incendie, un poisson né d’un dessin sur un cahier, resté blanc parce que le coloriage n’était pas terminé, et un petit bonhomme noir en papier dansant sur le pavé, retrouvé identique devant un temple à Angkor Vat, parce que la magie, il suffit d’y croire."  Chinese short stories Chronique complète

"Le magicien intervient dans toutes les nouvelles, il est une référence, un souvenir ou un personnage important, il est l’élément unificateur de l’ensemble et pourtant sans lourdeur, sans construction intellectuelle (comme le Macondo de Garcia-Marquez). Il faut comprendre que le temps de la magie, n’est pas le temps ordinaire et que de ce fait, il faut respecter ces périodes et ce magicien aux yeux étranges « qui semblaient pouvoir regarder deux endroits à la fois » (p.12)." Mychinesebooks Chronique complète
 
"En définitive, commencer la lecture du Magicien sur la passerelle, c’est être prêt à vivre un moment absolument extraordinaire et fascinant, dépaysant. Ouvrir ce livre, c’est entrer dans un monde enchanté et envoûtant, et vivre un moment fabuleux. Je recommande vivement cette lecture !" Casscrouton des lectures Chronique complète

"C’est une découverte envoûtante que celle de Wu Ming-Yi, dont le style poétique, quasi onirique sur certains passages, transporte dans un univers certes citadin mais si foisonnant qu’on ne peut s’empêcher de ressentir une sorte d’échappatoire naturaliste, organique." Culturellement vôtre Chronique complète
 
"Je vous invite à entrer dans ces récits qui sont somptueux et illuminent magistralement cette passerelle où avec un zest d’imagination, on pourra apercevoir – au pied de l’escalier – un zèbre vous signifier tout simplement que l’impossible est possible. Il suffit simplement d’y croire !" Laurent Bayard Chronique complète

"Ces neuf chapitres composant autant d’histoires sont suivis par un dernier fragment, “Le Magicien sous l’arbre de pluie” , qui, sous couvert, d’explication vient ajouter un peu d’ambiguïté et de flou à l’ensemble. On notera également une intéressante postface du traducteur, “Chronique du marché aux illusions”, qui apporte des précisions quant à l’auteur et au marché de Chunghua. Un bel ensemble joliment présenté, avec des dessins de l’auteur, sous un agréable format intermédiaire et presque carré." Yozone Chronique complète